vendredi 31 août 2012

Les Québécois sont xénophobes



[À la demande de ma conjointe, j'avais retiré ce texte de mon blog, pour qu'elle n'est pas de trouble, maintenant qu'elle a lâché son précédent emploi et surtout vis-à-vis le contexte politique actuel, je crois que de nouveau il est très à propos...]

J'espère attirer l'attention avec ce titre... Mais malheureusement c'est vrai. Je m'explique.

Depuis près de quatre ans maintenant je suis avec ma femme colombienne, ici au Québec et spécifiquement à Québec. Afin d'aspirer à faire une carrière ici, elle a dû faire des études ici, puisque les études ailleurs ne sont pas assez bonnes pour notre belle province (elle a étudié administration d'entreprise dans son pays... on enseigne tellement mieux ça ici! La preuve est que l'on sait bien compter, nous sommes l'une sinon l'administration publique la mieux gérée... avec notre dette, le déficit, nos ressources naturelles que l'on confie aux étrangers, car ils sont mieux que nous pour les gérer, notre gestion des travaux routiers du système de santé...).

Elle a dû apprendre le français, une des langues les plus compliquées, et la vérité l'une des plus chiantes au monde (Il faut dire que généralement, les Français sont chiants, il est donc normal qu'il en résulte une langue chiante.... désolé pour tous ceux qui pensent que c'est la meilleure langue au monde).

Elle travaille maintenant depuis un an dans une entreprise, malheureusement la seule qui lui a donné sa chance (pour pratiquer sa profession)... et maintenant je dirais plutôt sa malchance. Dans cette entreprise, elle fait presque tout, et doit en plus faire le travail des autres. Cependant puisqu'elle est une immigrante, et en plus une immigrante de sexe féminin, elle a gagné la chance de travailler plus et en plus d'être la cause de tout ce qui va mal! C'est plus facile de s'en prendre à elle, puisque se défendre dans une langue autre que sa langue maternelle est beaucoup plus difficile, je l'ai vécu moi même, je sais c'est quoi.

Elle tente d'appliquer à bien d'autres endroits, et elle n'a jamais de nouvelles de personnes. Hier elle est allée prendre une bière avec une personne, qui lui a avoué que dans le domaine de l'administration, ça va être très dur de percer. Les Québécois vont toujours favoriser leur propre monde, ils trouveront tout plein de raison afin de rejeter la candidature des immigrants, que ce soit la langue, le français et les fautes d'orthographe (en passant, les Québécois écrivent très mal également, mais selon bien des départements de ressources humaines, il est important que les immigrants maîtrise mieux le français que les Québécois).

Lorsque je l'ai convaincu de venir s'établir ici, je me fiais à ce que j'entendais dans les médias, qu'il y a beaucoup d'emploi disponible, que les Québécois sont tellement ouverts aux autres et aux autres peuples! Bullshit, la réalité est tout autre. Oui il y a beaucoup d'emploi disponible, surtout à Québec, mais l'ouverture pour les immigrants n'y ait pas. Non pas vrai, l'ouverture y ait, mais pour les types d'emplois que personne ne veut, ni même les Québécois. Pourtant, on demande aux immigrants d'avoir plus de diplôme que nous même on en a, et on leur garde des emplois ayant peu de valeur ajoutée et ce même s'ils sont très compétents.

La vérité, je dois admettre, avant d'être avec ma femme, moi aussi j'avais vraiment l'impression que le peuple québécois était un peuple ouvert sur le monde qui acceptait tout le monde, très ouvert aux différences entre les peuples. La réalité est tout autre. Nous sommes un peuple de xénophobe, tout comme nos lointains ancêtres français (de France). On va se consoler, car malgré tout, on est moins pire qu'eux de toute manière... (C'est ce que des Colombiens m'ont dit lors de mon dernier voyage, des Colombiens vivant en France... pauvres d'eux!).

Parfois je me sens vraiment mal d'avoir ramené ma femme ici, jamais je n'avais imaginé que nous étions ainsi... J'en ai honte. Moi même lorsque j'étais en Colombie j'étais bien accepté...


3 commentaires:

Anonyme a dit...

Je pense que les mots "spécifiquement à Québec" expliquent ben des affaires. C'est sur que c'est une ville homogène avec un forte tendance raciste et populiste véhiculée par les radios et par des figures publiques style le candidat col-rouge.

Pour avoir travaillé dans le domaine des politiques gouvernementales du marché du travail, il est toutefois clair que les immigrants ont de moins bons résultats que les "de souche" et ce à travers le Canada. Au Québec, les immigrants ont en effet des résultats inférieurs que dans les autres provinces, mais quand on contrôle pour la provenance, on constate que les immigrants africains et haïtiens font beaucoup baiser la moyenne pour deux raisons: non reconnaissance des titres de compétences/études et racisme plus prononcé envers les noirs. Habituellement, les sud-américains et les asiatiques réussissent mieux.

Par contre, quand on se fait une opinion avec un échantillon d'une seule personne, il faut nécessairement s'attendre à des résultats assez univoques. Ce que vous racontez est donc une annecdote à partir de laquelle vous énoncez une conclusion plutôt catégorique. C'est une logique décifiente et j'espère que vous ne l'employez pas au quotidien. Si on vous raconte qu'il n'y avait plus de viande à la cafétéria de bureau, allez vous conclure que "le Québec est végétarien" ?

En somme, j'aurais pu écrire le contraire avec l'expérience professionnelle d'une amie hondurienne, qui s'est rapidement placée dans son domaine et qui a un cercle d'amis composé en forte majorité de "de souche". Heille, c'est Québec, j'aurais pu écrire la même histoire que vous en changeant "Colombienne" pour "Montréalaise".

Anonyme a dit...

Bravo Champion, Tu es très représentatif de ton commentaire.
Un gars de Québec.

Loup Ancelin a dit...

si il n'y avait que les Québecois qui sont xénophobes, le monde serait un paradis. Je pense que c'est un travers de pas mal d'êtres humains! Évidemment entretenu par le lavage de cerveau nationaliste des gouvernements.